Un billet intéressant de Paresse martiale qui fait le point sur le kiaï

Kiaï : beaucoup de bruit pour rien ?

Peu importe la dénomination : les arts de combat asiatiques sont, avec le tennis féminin, l’haltérophilie et le bucheronnage à l’ancienne, de grands utilisateurs du cri lié à l’effort. En un mot comme en cent, le fameux kiaï (気合), souvent compris par le néophyte comme le « cri qui tue ». Parlons-en, un peu. Et pas trop fort. (...) Cliquez ici pour la suite

Les commentaires sont fermés.