Lecture : La mythologie japonaise (Claude Helft et Karine Le Pabic)

La mythologie japonaise nous échappe. Elle nous est méconnue et pour peu que l’on s’y intéresse un peu, elle nous semble aussi ésotérique et saugrenue que les légendes auxquelles croyaient les Grecs avec leur aréopage de dieux et leurs histoires de famille compliquées…

Un petit livre pour enfants pourrait bien nous aider à réviser ce point de vue hâtif qui doit tout à notre ignorance d’occidental et nous montrer comment le peuple japonais qui sait si bien mêler traditions et modernité réussit à cultiver ses légendes et le cortège de divinités avec la vie de tous les jours et la société d’aujourd’hui.

Et d’abord, ce livre nous apprend que le Shinto n’est pas une religion en dépit de ses rites, ses temples, ses officiants et qu’il cohabite et fait bon ménage avec le bouddhisme, le christianisme, l’islam ou toute autre religion pratiquée par les Japonais.

Ensuite, il nous explique fort simplement qu’il s’agit à travers une kyrielle de personnages légendaires, divins ou semi-divins de nourrir son accord avec la nature, ses forces impressionnantes et parfois incompréhensibles et ses lois. . On découvre ainsi l’expression poétique d’une culture originale entretenant un rapport étroit aux manifestations de la nature, des plus triviales aux plus spectaculaires. Il témoigne de la culture antique qui fonde la Japon depuis sa création, son identité depuis la nuit des temps jusqu‘à ses plus récents développements, et qui, bien sûr, imprègne la pratique de l’aïkido… Peut-être à notre insu.

la_mythologie_japonaise2La mythologie japonaise Texte : Claude Helft, illustrations : Karine Le Pabic, Collection « Les Naissances du monde », Actes Sud Junior. assorti d'une généalogie des kami et d'une bibliographie "pour en savoir plus" 78 pages 11,50€, ISBN : 978-2-7427-9425-6 « Au Japon, les dieux et les déesses de la mythologie sont toujours là. On ne les voit pas, mais leurs sanctuaires sont remplis de visiteurs fervents. Un peu partout, des monuments – les torii – indiquent leur présence. Dans les textes sacrés, les ancêtres du monde son les kami (« celui qui est placé en haut »), à commencer par le premier couple divin, Izanagi et Izanami, qui donne naissance à l’archipel formant le Japon, mais aussi au vent, aux arbres, à la montagne… »

Les commentaires sont fermés.