Les Buvards réclame des Marchands du Temple : nos précédents catalogues

Téléchargement au format Pdf :

  1. Les Buvards réclame des Marchands du Temple
    première partie : Marchands_buvards-reclame_a
    deuxième partie : Marchands_buvards-reclame_b
  2. Marchands du Temple : The Spirit Collection :
    Marchands_Spirit_Collection
  3. Marchands du Temple : The Ultimate Collection (le catalogue de septembre 2010 à mars 2011: Marchands_Ultimate_Collection

Nous pouvons nous servir des écrits de Lichtenberg comme de la plus merveilleuse des baguettes magiques. Lorsqu'il fait une plaisanterie, c'est qu'il y a un problème caché.
Goethe

Songe mensonge, dit-on. Très tôt, nous sommes exposés au  mensonge publicitaire. Quand j’étais petit les buvards publicitaires me donnaient à rêver. À l’école primaire, on nous les donnait en toute innocence au  moment des dictées —que l’on écrivait encore à la plume et à  l’encre. Je m’y abîmais dans de profondes réflexions, les yeux vides et ils m’offraient ainsi à oublier le monde extérieur, la leçon ennuyeuse ou l’accord tortueux. Ils m’entraînaient dans un maelström d’oubli de moi digne d’une méditation en zazen… Ces rêveries n’étaient pas sans danger car la réalité, sous la forme d’une règle d’instituteur, pouvait claquer à n’importe quel moment. C’était pourtant un monde si lisse, si plein de facilité ! De vrais paradis artificiels où tout va toujours bien, et, dans le cas contraire,  où tout ne peut qu’aller mieux ; où, de toutes façons, tous les tracas trouvent miraculeusement une solution pour peu que l’on en achète la clé : le produit vertueux comme la cire Çavaseul ou les bonbons Lutti, et dans lequel le malheur n’arrive qu’à ceux qui n’en sont pas le spectateur privilégié que j’étais. Qui peut prétendre n’avoir  jamais été sensible à la tension dramatique de cette fresque sociale du goûter brossée par le chocolat Delespaul-Havez dont les lettres laissent interminablement couler des flots de chocolat dans les bols des enfants qui, avec plus ou moins de bonheur, parviennent ou non à le recueillir ?

Les buvards des Marchands du temple ont cette même ambition :  donner à rêver. Plus précisément, donner à rêver aux aïkidokas en proposant des produits improbables qui répondraient aux besoins de tous, débutants comme avancés. Ainsi rassemblés en collector,  ils constituent un Catalogue d’objets introuvables de l’Aïkido dont la genèse doit beaucoup à l’ouvrage éponyme de Joseph Carelman [1],  qui en eût lui-même l’idée en rêvant devant les dessins  fascinants d’un vieux catalogue de la Manufacture d’Armes et  Cycles de Saint-Etienne (Loire). Ce même Carelman à qui l’on doit cette représentation saisissante d’un couteau sans lame auquel manque le manche, digne de figurer au panthéon des armes d’aïkido et dont il a lui-même emprunté l’idée à Georg-Christoph Lichtenberg[2]...

Fasse que les buvards des Marchands du Temple, à leur façon  divagatoire en forme de réclame, atteignent à hauteur de cheville sinon les satires de Lichtenberg ou les « objets introuvables » de Carelman, au moins l’inespérée réponse à tous nos problèmes  qu’apportât en son temps le catalogue de la Manufacture d’Armes  et Cycles de Saint-Etienne (Loire) !

Dominique ALIQUOT

______________________

[1] Catalogue d’objets introuvables, Joseph Carelman, Le livre de poche, © Éditions André Balland, 1969.
[2] Le couteau sans lame et autres textes satiriques, édité et traduit de l’allemand par Charles Le Blanc, Paris, Corti, 1999.