Boostez vos intelligences, pratiquez l’aïkido !

À l’heure où nous œuvrons pour promouvoir notre discipline, voici quelques arguments supplémentaires qui pourront convaincre les hésitants et, en même temps, conforter dans leur choix ceux qui ont choisi de pratiquer l’Aïkido.

Un dossier spécial publié il y a quelques semaines dans L’Express (n° 3293 du 13 août 2014) expliquait que les progrès des neurosciences depuis une vingtaine d’années montrent que nos capacités cérébrales sont évolutives, multiples et protéiformes. Pour faire simple, nous sommes tous intelligents (c’est juste qu’on ne l’est pas tous de la même manière) et pouvons l’être plus, notamment grâce à l’Aïkido.

Parmi les moyens conseillés par le Directeur du département des neurosciences à l’Institut Pasteur pour optimiser notre cerveau, on trouve en particulier :

  • ne jamais sombrer dans la routine : difficile lorsque l’on pratique à Marcq-Aïkido !
  • s’intéresser aux autres, ce qui est indispensable dans notre discipline où nous ne pouvons pratiquer et progresser que grâce à nos partenaires de tatami.
  • chercher régulièrement à comprendre et à élucider des problèmes complexes, bref ce que tout aïkidoka doit faire pour progresser quel que soit son niveau (où se placer ? comment rester en équilibre tout en profitant du déséquilibre de uke ? …).

 Quant aux intelligences qui sont mobilisées et améliorées grâce à une pratique régulière de l’Aïkido, elles sont nombreuses. Il y a évidemment l’intelligence logique et mathématique (celle que l’école évalue) : de quel côté dois-je contrer uke pour le déséquilibrer puis le faire tomber ? quel pied dois-je avancer ou déplacer pour parvenir à telle position ? … Il y a aussi l’intelligence corporelle et kinesthésique sans laquelle on perdrait facilement l’équilibre puisqu’il s’agit de la perception de son propre corps et de son sens de l’équilibre. Sans nul doute, l’intelligence visuelle et spatiale est constamment sollicitée sur le tatami que ce soit pour repérer et parer les attaques de Uke ou pour se diriger au moment de chuter. Enfin, les intelligences interpersonnelle – la capacité d’écoute et le respect des autres grâce aux relations que l’on entretient avec eux – et intrapersonnelle (en 2 mots : se connaître) sont également cultivées car, en Aïkido, on pratique à deux tout en restant centré sur soi et, si l’on cherche à se défendre de l’attaquant, il n’est pas question de lui nuire. Le travail du corps conduit inévitablement à un travail sur soi.

L’article de L’express mentionne aussi l’intelligence musicale et rythmique. A priori, rien à voir avec notre discipline. Pas sûr ! Regardez une vidéo, venez suivre un stage, un cours ou une démonstration : il y a du rythme, comme dans une danse et, avec un peu d’imagination, vous entendrez un fond musical tout à fait mélodieux…

Enfin, reste l’intelligence verbale et linguistique. Si la pratique de l’Aïkido impose une communication sans mots, les échanges ne manquent pas dès que l’occasion se présente et surtout lors de nos traditionnels moments de convivialité après les cours, à l’AG ou au moment de la sortie annuelle du club.

Donc, pour doper votre intelligence, PRATIQUEZ L’AÏKIDO !!!!!!