Les femmes peuvent-elles pratiquer l’aïkido ?

Nous avons conscience qu’une telle question ressemble à une provocation et frise le politiquement incorrect. En notre temps de libération de tout ce qui bouge, où tout est dans tout et réciproquement, suggérer qu’il puisse exister une limite quelque part pour quelqu’un paraît relever de la dernière absurdité ou de l’extrême mauvaise foi. C’est que la civilisation fait rage et dès lors que l’on ne gène pas son voisin, il est interdit d’interdire. Mais enfin, l’on s’interroge en ville et il faut bien aider son prochain (sa prochaine ?) en tentant de répondre au plus près de ses préoccupations.

Au moment où la rentrée se profile, où, pour les âmes bien nées, se pose l’angoissante question de l’activité sportive à laquelle on va prêter son corps, on compare, on pèse le pour et le contre, on cherche la juste décision. C’est normal. C’est un engagement qu’il convient de ne point prendre à la légère. Or, les femmes, notamment, se demandent si l’aïkido est vraiment fait pour elles. Eh bien, l’aïkido, ce sont les femmes qui en parlent le mieux. Voici donc quelques références des plus autorisées assorties de vidéos d’interviewes :