Remise de la ceinture noire à Aurélien

Une telle cérémonie est toujours empreinte d’émotion. Tant pour le récipiendaire, bien sûr, qui a sué sang et eau pour en arriver là que pour les membres du club qui, par une empathie bien naturelle, se revoient quelques années en arrière pour ceux qui sont passés par là, ou, pour les autres, se projettent dans un futur plus ou moins proche. Mais, le trouble était à son comble aussi pour François PENIN, notre professeur du Vendredi, ... ...quand il dut remettre la ceinture noire à Aurélien. À la surprise générale il devait commencer son discours pour ces mots : « il y a déjà quelques mois que j’avais décidé de vider mon sac… », terrorisant l’assistance qui se demandait déjà à quelle sombre révélation elle allait être exposée quand, joignant le geste à la parole, François sortit une vieille ceinture noire usée, rapiécée, grise d’avoir maintes fois servi, obi qu’il nous présenta comme la prunelle de ses yeux, sa première ceinture noire à laquelle il fut si longtemps attaché…
Portrait d'Aurélien saisi par Guillaume Brabant lors de son passage de grade

Portrait d'Aurélien saisi par Guillaume Brabant lors de son passage de grade

Le choix de cette ceinture par François pour introniser Aurélien dans le cercle des Yudansha, des porteurs de grades, devait vite apparaître comme un symbole, une marque forte qui montre clairement en quelle estime notre sensei tient Aurélien et comme il apprécie sa pratique. Pour Aurélien, c’est le couronnement d’un parcours initiatique sans faute, ou peu s’en faut, parcours qu’il lui conviendra d’approfondir dans les années qui viennent puisque il est avéré que l’on ne débute vraiment l’aïkido qu’à partir du premier Dan. Un parcours dont François espère qu’il mènera Aurélien,  comme lui-même, à enseigner aux autres.